Une spirale infinie

Un infini en reflet
des ondes dansent 
aux vents des poumons ; 

Un ton bas dévoilé
un chuchotement de baleine 
accompagnant l'infini ;

Les corps arrivent aux racines
un rappel des origines
sous le suspense de l'infini ; 

La nature se réveille 
souhaitant d'électrifier 
les manquants de l'infini.
Un oiseau chantant 
vulnérable aux vents
des misérables menteurs ; 

Rien s'appelle l'esprit
tandis que le tout
complémente l'infini ; 

Les hauts et les bas hurlent
la spirale de la vie
un centre en la contemplant ; 

Espace entre les mouvements 
un silence murmure 
les rythmes de l'infini.
L'avide corrompre l'habitation
coups de confusion 
l'affolement de l'infini du fini ; 

Un pouvoir soutenu
l'amour protégé 
l'infini sauvé ; 

L'agir sur l'autel 
une vérité métamorphique
un humble infini se questionne ; 

Des univers se relèvent
une communion totale 
le royaume naturel de l'infini.
Le ciel s'ouvre
un prince du Cosmos
la danse de l'infini rentre ;

Des éclats de joie
la découverte de l'infini
mouvements d'ardeur aperçus ; 

L'histoire s'entre-mêle 
des traditions versus une liberté 
une spirale parcourue ; 

Chaleureuse fleur de passion
brûlant l'insomnie
avec une danse infinie.  
Une nouvelle voix
chantant à l'inconditionnel
sur un infini en liberté ; 

Le vieux de jadis 
défectueux dans la spirale 
l'infini se transforme ; 

Le présent en feu exalté
dévoilant une parole 
d'une voix déclamant un infini ; 

Une nuit illuminée 
dans la grâce du silence 
révélant un espace infini.
 
Des étoiles filantes tâtonnent
une terre en liberté
justice d'un passé nuageux ;

Transformation du corps
une lumière dermique 
la magie répandue infiniment ; 

Nature sauvage en harmonie
liberté en chaos
gravitant les envies de l'infini ; 

Chaînes de l'Olympe 
s'effondrant dans le fleuve de l'oublie
le rêve d'une infinie vérité.
Lentement, un virage bifurqué
l'oasis infinie du voyage
la sagesse portée par le temps ; 

Éclairant une connaissance
la conscience infinie 
messages transmis ; 

Or, un regard du miroir sans reflet 
la mère d'un mouvement
provoque un chaos chez le fini ; 

Passion dansant avec la peur
l'écho d'une infinie voix
déclamant un poème amer.
 
Pour quoi une quête de gloire ?
le bruit du silence
l'infini amour et la gloire finie ; 

Parfois, une voile sans contrôle 
trouve un bon chemin 
Un phare d'infinis ; 

Ressentis du regard 
l'infini épanouit 
une marche légère ; 

Gravitation du respect
des nœuds déroutés
une spirale infinie. 
Un rebelle provocant 
le fini secret d'un saint 
la révolution infinie du silence ; 

Cadences de persévérance
jouant la musique infinie
liberté assassinant le fini ; 

Une contradiction éveillée
le défi infini de l'existence
moquerie du temps ; 

Une attention particulière 
le bleu d'une bienveillance
la vérité questionne l'infini.
Des pupilles de l'infini
le silence en communion
une rencontre magique ; 

Des flèches traversent
une infinie passion du regard
l'amour silencieux dansant ; 

Un simple coucou
au-delà d'une caresse 
un présent comme un rire capricieux ; 

Une cible éveillée
curiosités nées dans le cœur
une découverte infinie ; 

Tempête des doutes
une fleur répond 
attend la calme de l'infini ; 

La sagesse de la lumière
la langue des mortels
dans l'enquête d'une liberté ; 

L'ouïe apprécie une pensée 
la folie terrienne 
des perspectives infinies ; 

Un sens sur l'existence
l'infini poème
d'un art de vivre. 
Un vide immobile 
renonçant les poids finis
Olympe se dénudant dans l'infini ; 

La rue de la révolution
un virage protégeant le trapèze
lignes de l'infini ; 

Un murmure terrestre 
bloquant le fini 
un rêve infini jaillissant ;
Un amour des rêves
des loups hurlant la lune
l'infini étant un éclairage de la nuit ; 

Observant au-delà l'atmosphère
le Cosmos conspire 
un dénouement infini ; 

Des larmes de joie
dans l'art de vivre
l'infini du rêve ; 

Un silence noir
accompagné par l'absence des couleurs
un chant infini des tours.
Une énergie épanouissante 
loin d'un océan de traditions
l'œil plongeant dans l'infini ; 

Un art de vivre fleurit
rejoignant la révolution du silence
un pouvoir humble et séduisant ; 

À la rencontre avec le monde
correspondant au royaume de l'infini
le vide dans le bonheur d'être rien ; 

C'est le début d'un partage
l'anéantie passion 
un infini en voyage.
Un droit au respect
l'aveugle fini
dévoilé par l'essence infinie ;

Une épée en justice
dans l'amour du partage
le fini recule à sa place oubliée ; 

L'équilibre né du mouvement
Entre un pouvoir et le silence
donnant l'infini une silhouette ; 

l'intensité est le défi de la beauté
les yeux pénètrent sublimement 
l'infinie attention éveillée.
Dans les sillons d'une solitude
songer l'infini au milieu d'un bruit
une action coûte un infini des rêves ;

Les ailes répandues 
glissent le vent d'une liberté
une passion traversant l'infini espace ; 

Une force infinie
un requin s'arrête de chasser en terre
et un chat n'a pas besoin de nager. 
Une pensée de jadis
quittant l'infini foyer
provocant l'Olympe à y fêter ; 

La couronne du désespoir fini
une porte libertaire déverrouillée
s'ouvre à l'art de vivre ; 

La pluie tombe sur les fous
rappelant le voyage infini
un refuge créateur et protecteur ; 

Une attention aux finis impulsifs 
arrêtant une fête éveillée
la douceur du vent apaise l'infini. 
Un non au bambou envahisseur
une harmonie infinie
la trompette de la liberté l'annonce ; 

Pénétrant les yeux des menteurs
saisissant une vérité sur l'infini
la porte se glisse dans l'humilité ; 

Des corps exprimant une ellipse
dénudant une infinie vulnérabilité
l'amour en liberté.

One response to “Une spirale infinie”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: